Comment faire l’amour ?

Bien faire l’amour

Et si, comme pour la cuisine, il y avait une recette de base pour faire l’amour ? Bien que chacun puisse improviser à sa manière, les meilleurs goûts restent ceux obtenus par le mélange d’ingrédients précis. Alors, pour l’amour, il existe sûrement quelques points à respecter afin de réveiller tous les sens. Il ne faut pas oublier, toutefois, qu’il s’agit avant tout d’un acte de fusion entre deux êtres. Les désirs de l’un et de l’autre restent ainsi les principaux ingrédients… La suite plus bas

 

L’effeuillage ou le préliminaire avant le préliminaire

Faire l’amour, c’est surtout une question d’éveil de sens. Le contact débute dès les premiers regards, les premiers gestes. L’effeuillage fait ainsi, d’ores et déjà, partie de l’action. Une étape qui suscite les premières sensations de désir. A ne négliger en aucun cas !

Commencez par instaurer une ambiance intime et sexy. Evitez les lumières trop fortes et misez plutôt sur des touches tamisées. Plus l’environnement est intime, plus on se sent à l’aise pour se donner à l’autre. Vous pouvez d’ailleurs ajouter un peu d’essence parfumée afin de stimuler les sens. N’hésitez pas à vous procurer de bougies parfumées, à senteur érotique. Choisissez ensuite de la musique qui stimule les sens du désir. Vous être libre pour créer la playlist, mais veillez à ce que les titres soient plutôt langoureux, suaves. Susciter l’envie chez l’autre requiert, en effet, une certaine douceur et beaucoup de sensualité. Si vous n’avez aucune idée du son à mettre, la chanson de Marvin Gaye « Let’s get it on » peut parfaitement ouvrir la danse. Pour le reste, vous serez déjà dans le bain de l’action.

Lorsque l’ambiance est là, l’étape de déshabillement se fait souvent naturellement. Il faut seulement éviter de se compliquer la vie en choisissant des vêtements trop difficiles à enlever. Jusqu’ici, les chemisiers restent l’une des tenues les plus sexy pour faire l’amour. Il s’agit de l’accessoire que l’on enlève généralement en dernier afin de maximiser les sensations. Les pantalons et les jupes sont à enlever en premier, tout en douceur. Le déshabillement peut se faire à l’initiative de la femme ou de l’homme, mais sachez que lorsqu’on prend le contrôle, on est encore plus sexy aux yeux de son partenaire. Après vous être débarrassé de votre veste, pantalon ou jupe, déboutonnez votre chemisier doucement, sans trop de hâte, tout en vous calquant sur le rythme de la musique. Il faut surtout éviter de se dévoiler d’un coup. Le but même de l’effeuillage, c’est de susciter les sensations de désir petit à petit. Prenez le temps d’ouvrir les boutons un par un, tout en jouant sur des regards intenses. Le soutien-gorge s’enlève ensuite par étape. Glissez d’abord la première brettelle, puis l’autre, avant de tout enlever.

Le principe même de l’effeuillage réside dans le sensuel et le subtil. Evitez surtout de vous précipiter, mais prenez le temps de faire chaque chose en douceur. Tout au long de l’action, apprenez à prendre du plaisir, à travers chaque détail. Les initiatives que vous prenez ne doivent pas se centrer uniquement sur les besoins et les envies de votre partenaire, mais également – et surtout – les vôtres. Vous ne pouvez tout simplement pas susciter l’envie chez l’autre si vous-même vous n’y prenez pas plaisir. Se laisser aller et s’abandonner dans ses désirs… c’est le secret !

Bien évidemment, il peut arriver que certains gestes ne se fassent pas comme l’aviez imaginé. Quoi qu’il se passe, ne paniquez surtout pas. C’est en poursuivant en douceur que vous pourrez rattraper vos faux pas. Vous pouvez d’ailleurs improviser sur le coup, mais veillez à ce que rien ne se force, ni ne se précipite. Prenez tout le temps qu’il faut pour que les flammes du désir atteignent un niveau brûlant…

 

Les caresses, le réveil de l’envie par le toucher

Saviez-vous que le toucher est un véritable transmetteur de sensations ? Une simple caresse au niveau du cou, du dos, ou encore sur la paume de la main et on s’habille rapidement de chair de poule. Le fait est que, la peau est particulièrement sensible. En amour, les caresses restent ainsi un élément important pour réveiller les sens. Si l’on sait s’adonner à de bons jeux de toucher, notre partenaire sera forcément ivre de désir.

Les femmes sont les plus réceptives aux caresses, sans doute de par leur grande sensibilité. Il arrive d’ailleurs souvent que les hommes souhaitent réduire, voire sauter, l’étape de caresses et aller directement au fond des choses. Une erreur à éviter tant que le temps le permet, car pour que l’acte d’amour soit réellement à sensations, chaque partenaire doit éprouver un désir ardant. Et, malheureusement pour les personnes pressées, celle des femmes passe par quelques minutes de toucher.

Il n’y a pas de limite en termes de caresses ; tout le corps d’une femme est voué à une telle douceur. Sachez toutefois jouer sur les zones sensibles. Le dos, le cou, le dessous des bras, les cuisses, les fesses, les pieds, le ventre, les seins, mais aussi les mains peuvent être caressés de manière subtile. Ne soyez pas trop brutal dans vos mouvements ; les légers effleurages sont les meilleurs déclencheurs de sensations. Bien que la douceur soit à l’honneur, n’oubliez toutefois pas que le désir est suscité par un certain sentiment d’appartenance. De temps en temps  au fil de l’action, soyez intense, presque insistant pour témoigner de votre virilité, ainsi que de votre envie et savoir de contrôler votre partenaire. Incitez-la à se laisser aller en la rassurant de votre présence et de votre envie fougueuse de lui faire plaisir, tout en vous faisant plaisir de votre côté.

Les caresses constituent un véritable partage de sensations. Si vous n’êtes pas radin dans l’action, vous ne pouvez qu’obtenir beaucoup en retour. Les manières de se caresser sont d’ailleurs nombreuses et, bien que les doux effleurages soient les plus sensuels, il n’est pas interdit de miser sur plus de brutalité – comme dans les films érotiques. Dans ce cas, il s’agit surtout de toucher son partenaire avec fougue, au niveau des parties les plus sensibles comme les seins, le cou, les cuisses ou encore les fesses. Vous pouvez placer votre partenaire sur le lit ou contre le mur et prendre le temps de la caresser de manière intense. A vos jeux de main peuvent parfaitement s’ajouter des baisers, doux ou fougueux. N’instaurez aucune limite quant aux zones à toucher. Même le bout des orteils est une source de sensations si l’on sait s’y atteler.

Le petit risque avec les caresses, c’est l’effet « rigolo ». Il arrive, en effet, qu’au lieu de susciter l’envie, le toucher au niveau de certaines zones fait rire votre partenaire. Ce n’est pas bien grave, mais pour que le moment ne devienne une partie d’amusement, rattrapez-vous en changeant de parties de caresses. Ne riez pas avec votre partenaire ; souriez juste et continuez à vous adonner à ce que vous êtes en train de faire. Faites-lui sentir que vous avez réellement une forte envie de lui faire l’amour et que les autres choses ne comptent pas pour le moment. Vous êtes entièrement dans le bain et ne laisserez pas quelques bourdes perturber cet instant de fougue.

Les caresses doivent tout simplement être illimitées lorsqu’on fait l’amour. Il s’agit d’une étape préliminaire certes, mais ce n’est pas pour autant qu’on va s’arrêter net au bout de quelques minutes. Même s’il l’on entre le préliminaire et la relation sexuelle proprement dits, les caresses restent la touche qui pimente l’action.

 

Les préliminaires proprement dits

Les hommes le savent très bien, les préliminaires sont surtout une préoccupation pour les femmes. Et elles ont bien raison d’insister sur cette étape, puisque plus l’excitation est intense, plus l’acte sexuel est meilleur. Les préliminaires permettent aussi d’optimiser la complicité entre les partenaires et d’être réellement présents dans l’action. C’est un véritable moment de partage de désir.

En fait, les caresses font déjà partie des préliminaires, mais disons qu’ici, on va plus se centrer sur la stimulation des zones érogènes. Les préliminaires peuvent durer de quelques secondes à plusieurs minutes, mais il est néanmoins conseillé de ne pas trop se presser et de s’adonner à ce prélude dans les règles de l’art. Contrairement à ce qu’ils pensent, les hommes ont d’ailleurs besoin de bons préliminaires, au risque d’avoir une érection défaillante tout au long de l’action.

Il existe mille et une manières de réaliser les préliminaires, en fonction des sensations du moment. Embrassez votre partenaire, non seulement sur la bouche mais sur toutes les zones sensibles. N’hésitez pas à faire un peu de léchouilles pour des résultats bien mouillés. Utilisez vos mains, mais aussi votre bouche, en jouant sur la sensualité. La masturbation est un bon moyen d’exciter votre partenaire et prenez-y également plaisir. Les caresses au niveau du sexe donnent forcément des résultats satisfaisants, tant pour l’homme que pour la femme.

La créativité peut également jouer dans l’étape des préliminaires. Les jeux sexuels constituent, en effet, de bons moyens de susciter l’envie et le désir. Vous pouvez notamment vous adonner à des jeux de rôles érotiques. Pourquoi ne pas inventer une histoire entre un docteur et son patient ou encore entre un prof et un mauvais garçon ? Les idées sont illimitées ; veillez seulement à considérer les personnalités de l’autre avant de vous aventurer sur un terrain dangereux. Si votre partenaire est de nature un peu réservée, l’idéal est d’y aller tout doucement et d’adopter les préliminaires sensuels classiques. Dans tous les cas, l’objectif est surtout de réveiller les sens du désir. Insistez sur le côté « excitant » du moment et oubliez les discussions sérieuses. Le principe est, en fait, d’apprendre à créer des sensations et de s’y abandonner. L’un comme l’autre doit se retrouver au cœur de l’action et, uniquement, au cœur de cette action là, à ce moment précis.

Il est important, par ailleurs, de savoir qu’au-delà d’une simple étape de plaisir, les préliminaires constituent un passage indispensable à la femme avant l’acte sexuel proprement dit. C’est une phase de préparation à la pénétration, durant laquelle le corps de la femme se réchauffe. Si le niveau d’excitation est insuffisant, l’acte sexuel risque en effet d’être douloureux et, automatiquement, les sensations de plaisir vont être limitées. Avec les préliminaires, la femme va réellement se détendre et se laisser envahir par le plaisir. Les récepteurs sensoriels se réveillent au fil des caresses et des baisers, ce qui va provoquer la sécrétion de cyprine. L’élément nécessaire pour que la femme soit prêt à recevoir son homme en elle.

Les préliminaires restent ainsi un passage obligé avant de faire l’amour. D’ailleurs, même pendant l’acte sexuel, il arrive que ces jeux d’excitation soient utiles, notamment en cas de coup de mou de la part de l’homme. C’est alors à la femme de recréer les sensations d’excitation de départ afin de sauver la mise. Masturbation, léchouilles, caresses et baisers à volonté !

 

Comment bien faire l’amour : le coït

Le coït, c’est l’accouplement proprement dit. En fait, toutes les étapes susmentionnées conduisent à cette phase principale : le moment où il y a réellement pénétration.  Si les préliminaires n’ont pas été bâclés, il ne devrait y avoir aucun problème ; les gestes viendront pratiquement tout seul. Il faut néanmoins savoir que certaines actions, certaines positions, sont plus génératrices de plaisir que d’autres. Plusieurs techniques peuvent aussi être adoptées afin de maximiser les sensations du moment.

La pénétration doit idéalement se faire en douceur, pour qu’il n’y ait aucun risque de douleur ni de faux-pas. D’ailleurs, pour éviter les petits ratages et écarter toute gêne, il est conseillé aux débutants  de tâter le terrain avec leur main au lieu de pénétrer directement leur partenaire. Si la complicité a bien été instaurée, la femme peut aussi prendre l’initiative de la pénétration afin de guider son homme, il faut seulement rester détendu.

Concernant la position à adopter, les possibilités sont nombreuses. Il est par exemple judicieux de faire un tour des idées de kamasutra pour s’inspirer. Si vous n’êtes pas encore expérimenté dans le domaine, ne cherchez toutefois pas trop loin et optez pour la position classique, le missionnaire par exemple. C’est la position la plus facile à adopter et la plus connue : la femme en dessous et l’homme en dessus. Bien d’autres positions sont toutefois célèbres pour les sensations de plaisir qu’elles procurent. Les hommes comme les femmes apprécient notamment la levrette, une position sexuelle lors de laquelle la femme se met à quatre pattes et l’homme se place juste derrière elle. Cette position est très propice aux pénétrations profondes et, en même temps, elle s’accompagne d’une certaine idée de soumission, pouvant susciter l’excitation. La position de la cowgirl est également un bon choix de plaisir. La femme se met à cheval sur l’homme, pour ensuite galoper comme une vraie cowgirl. Il existe une variante célèbre de cette position, plaçant la femme dans la même position mais cette fois-ci, avec le dos tourné. La femme apprécie également la position du bateau ivre, pendant laquelle elle s’allonge sur le dos et ramène ses genoux vers sa poitrine. L’homme se met alors à genoux pendant l’acte sexuel. Bien évidemment, faire l’amour ne se limite pas à une seule position. Il est d’ailleurs conseillé de changer de style tout au long de l’acte pour que les sensations  de plaisir durent longtemps. Les hommes souvent sujets à une érection défaillante sont les plus incités à jouer sur ces changements. A chaque position correspondent, en effet, de nouveaux plaisirs à goûter.

Ceci étant, il faut savoir que, qu’importe la position choisie, le plus important dans l’acte d’amour est de savoir bouger. Pour les hommes, apprenez à varier les plaisirs en pénétrant votre partenaire de différentes manières. Jouez, tantôt avec la profondeur, tantôt avec la vitesse. Commencez tout doucement, puis faites un va-et-vient plus rapide petit à petit. Vous verrez que les sensations sont augmentées en conséquence. Pour les femmes, sachez surtout bouger votre bassin, serrer ou encore desserrer quand il le faut. L’essentiel est de savoir varier les plaisirs tout au long de l’acte sexuel, afin de ne pas tomber dans des mouvements routiniers, presque ennuyeux. Tenez compte des envies et des besoins de l’autre et, s’il arrive que l’érection se perde durant l’action, sachez que ce n’est pas forcément fini. Il suffit seulement de rejouer les préliminaires ou de miser sur les jeux de pénétration pour que l’étalon retrouve sa forme.

Toujours dans le contexte du plaisir varié, faire l’amour n’écarte pas l’ajout d’inspirations pimentées comme l’utilisation de sextoys  ou la pénétration doublée. Si la femme est suffisamment excitée, vous pouvez notamment accompagner la pénétration de un ou de deux doigts. C’est un moyen efficace de stimuler encore plus le plaisir. Sachez également que la pénétration digitale anale augmente les sensations. Et ce, tant pour les femmes que pour les hommes – même s’ils la plupart d’entre eux ne le reconnaissent pas.

Expérimenter ensemble fait partie des partages de plaisirs en amour. Veillez néanmoins à considérer les envies et les besoins de l’autre, bien avant et tout au long de l’action. Ne forcez surtout pas les choses, mais laissez-vous emporter par vos sensations fougueuses. Si vous ne vous sentez pas encore prêt pour des ébats amoureux torrides, il n’y a absolument pas de honte à faire l’amour de façon classique. Les sensations n’en sont pas moins plaisantes. Les principaux ingrédients étant, comme il a été dit en introduction, les désirs de l’un envers l’autre et réciproquement.

 

Le repos après l’amour

Saviez-vous qu’après avoir fait l’amour, l’homme se sent comme avoir parcouru 1 000 mètres de distance ? 1 000 mètres de plaisir, certes, mais quand même 1 000 mètres ! Il est ainsi tout à fait normal qu’il se sent fatigué, voire vidé, après avoir atteint l’orgasme.

Si certaines femmes se plaignent que leur homme s’endort directement après l’amour, sachez qu’au contraire, la fatigue après l’acte est un bon signe. Cela signifie, en effet, que les mouvements et les partages de plaisir entre les deux partenaires ont bien été à succès et il est temps pour l’étalon de se reposer. Evitez de caresser les parties intimes de l’homme lorsqu’il est au repos. Laissez-le prendre quelques minutes pour savourer cet instant et retrouver son énergie. Les petits commentaires sur la durée de l’acte ou sur l’attitude de l’homme après l’amour sont absolument à éliminer du programme. Contrairement à la femme, l’homme a besoin de cette pause. Et cela n’a vraiment rien à voir avec les sentiments !

Ceci étant, l’homme peut rester attentionné même pendant son repos. Prendre sa partenaire dans ses bras et dormir côte à côte, lui faire un petit baiser avant de s’endormir… ce sont les petits gestes que les femmes trouvent toujours « essentiels ». Disons que c’est un partage « gagnant-gagnant » : la femme respecte les besoins de repos de son homme, tandis que celui-ci continue de lui rassurer après l’acte. Et les deux, bien évidemment, ont goûté ensemble aux plaisirs de l’amour.

Sachez néanmoins qu’avec un peu d’exercices, il est possible pour l’homme de ne prendre que quelques secondes de pause, voire aucune, si son niveau d’excitation et d’envie a atteint son summum. Les partenaires peuvent alors faire et refaire l’amour tant qu’ils le souhaitent, à condition toutefois que l’énergie de l’homme est bien au top. Le trop d’effort est vivement déconseillé aux personnes à faible endurance ou à problèmes cardiaques, au risque d’avoir un impact important sur leur santé.

D’ailleurs, comme il a été mentionné supra, l’important en amour est de prendre son temps pour goûter aux plaisirs et non de se précipiter et de courir comme un étalon pressé. Après l’amour, il n’y vraiment – alors vraiment – aucune honte à être fatigué et à vouloir se reposer.

 

Un homme confie qu’il a reconnu celle qui allait être sa femme après lui avoir fait l’amour. Juste après avoir atteint l’orgasme, il n’aurait plus eu l’énergie de dire un mot, de caresser sa partenaire, de l’embrasser ni de la prendre dans ses bras. Il aurait directement succombé à la fatigue et s’est endormi. Au réveil, il aurait alors fait des excuses à sa belle pour ce manque d’attention, mais celle-ci aurait répondu que c’était la preuve qu’il s’est réellement senti bien avec elle. Faire l’amour reste ainsi, avant tout, une question de complicité et non une démonstration de compétence.

Recherches d'internautes:

  • commentfairelamour
  • comment bien faire lamour
  • faire l\amour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>